Fiat 124 Spider Abarth : la sportive qu’il vous faut !

Il y a celles dont on rêve et celles que l’on peut avoir. En automobiles, c’est un peu comme avec les femmes il faut parfois revoir ses ambitions à la baisse. Si votre truc à vous, c’est les italiennes : pas de besoin de Ferrari quand on peut avoir un Spider 124 Abarth. Explications.

Cette Abarth 124 spider, c’est l’héritière du roadster qui a permis à Fiat de remporter son premier Championnat d’Europe des rallyes dans les années 70.

Fiat 124 Spider Abarth
Fiat 124 Spider Abarth

Pour être performante et amusante à conduire comme son aînée, la 124 Abarth reçoit la propulsion avec différentiel autobloquant standard, une suspension revue et un 4 cylindres 1,4 MultiAir de 170 Ch sous le capot couplé à une boîte de vitesses manuelle ou automatique Sequenziale Sportivo avec commandes au volant, l’une comme l’autre à six rapports. Cette motorisation 1,4 litre MultiAir délivre également 250 Nm de couple. La Vmax est ainsi de 230 km/h et le 0 à 100 km/h ne réclame que 6,8″. Avec l’échappement Record Monza, ce spider promet quelques excentricités sonores.

Avec un poids (annoncé) de seulement 1060 kg, ce qui se traduit par un rapport poids-puissance de 6,2 kg/Ch, et une répartition idéale de 50/50, on s’attend à ce que cette Abarth fasse des miracles sur la route.

Fiat 124 Spider Abarth
Fiat 124 Spider Abarth

Le duel face à la meilleure des MX-5 promet de belles joutes mais est-ce que cette Abarth avec son moteur turbo n’est tout simplement pas la Mazda que nous avons désespérément attendue ? Surtout que le préparateur officiel de Fiat ne s’est pas arrêté en si bon chemin avec des liaisons au sol revues grâce à l’apport d’amortisseurs Abarth par Bilstein et de barres antiroulis renforcées. Le système de freinage est confié à Brembo ce qui devrait garantir là aussi de bonnes performances. Grâce à ses performances et son ADN Abarth, cette version du 124 spider risque fort de nous charmer même si pour la conduire, il faudra tout de même dépenser 40 000 €.

Photos :

 

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi

commentaire(s)