Aston Martin

C’était dans les tuyaux depuis quelques mois, c’est désormais chose faite ! Un premier moteur AMG vient officiellement de faire son nid sous le capot d’une Aston Martin. La DB11 est désormais disponible avec un V8.

AMG +ASTON : une bonne recette ?

Aston Martin DB11 V8

Si le V12 5.2L biturbo de 608 ch est toujours au catalogue, la DB11 s’offre un modèle d’entrée de gamme avec V8 4L biturbo bien connu chez Mercedes. On le trouve chez les anglais dans une configuration proposant 510 ch et 675 Nm de copule. Le 0 à 100 ne demande que 4s et la Vmax est de 301 km/h. La différence de performances est extrêmement faible avec la version V12. Beaucoup plus léger, le V8 permet également de faire fondre le poids de la DB11 de 115 kg.

D’un point de vue style, cette Aston Martin DB11 change peu. On reconnaît la version V8 à ses intérieurs d’optiques sombres, à des jantes spécifiques et elle dispose de deux ouvertures sur le capot moteur contre quatre pour le V12. Cette nouvelle DB11 V8 fera ses premiers tours de roues en public lors du Festival of Speed de Goodwood qui se déroule ce week-end.

Les photos :

Est-ce la lente mais certaine agonie du magnifique chant du V12 anglais ? Peut-être … mais pas pour tout de suite. J’ai encore en mémoire la magnifique vidéo de Jeremy Clarksson essayant une V12 Vantage. L’anglais pourtant à son habitude si loquace se tait tout simplement pour laisser la magie opérer. La beauté de l’Aston mêlée à un V12, ça se suffit (voir ci-dessous).

Du sang de F1

Mais, si on veut bien revenir au sujet qui nous intéresse, Aston Martin a tout de même besoin d’une voiture électrique. Pourquoi ? Pour continuer à produire et avoir l’autorisation de vendre des V12 : c’est aussi simple que ça. Les normes imposées aux constructeurs deviennent de plus en plus sévères et chacun devra se plier à une moyenne de C02 assez basse pour l’ensemble de sa gamme. En son temps, le Cayenne diesel a sauvé Porsche … pourquoi pas ?

On ne sait pas encore grand chose à propos de la RapidE. Les seules certitudes dont on dispose c’est que l’auto ne sera produite qu’à 155 exemplaires et que c’est Williams Advanced Engineering (comme l’écurie célèbre de F1) qui gèrera la partie batteries et moteur(s?) électriques. La production débutera en 2019 et d’ici là, la technologie fera sans doute encore un bond en avant.

Aston Martin RapidE

Aston Martin dégaine une nouveauté pour l’été et vous savez quoi ? C’est un cabriolet ! Mais s’ils étaient nombreux à attendre une DB11 Volante, c’est finalement la Vanquish S et le bon vieux V12 atmosphérique qui régaleront vos tympans.

Depuis 2012, la Vanquish fait toujours autant chavirer les coeurs. D’une beauté incroyable, cette anglaise fait oublier son déficit d’efficacité dans le domaine du sport face à des concurrentes plus jeunes mais aussi plus douées mais qui ne sont pas dotées de son sex appeal. Relancée en 2016 avec une nouvelle version S, 2017 sera l’année de la Vanquish S Volante. Les lignes sont tellement bien faites qu’elles se prêtent sans mal à l’exercice du cabriolet. Le toit a simplement été gommé, la voiture reste équilibrée dans ses proportions. La capote souple se range derrière les passagers qui seront 2 ou 4 selon votre commande à l’usine qui peut supprimer les places arrière.

Aston Martin Vanquish S Volante

V12 de 603 ch

La Vanquish S Volante reprend la mécanique de la version coupé. Le V12 atmosphérique de 5.9 s’autorise un dernier baroud d’honneur ou concert en plein air avec une puissance de 603 ch pour un 0 à 100 km/h en 3,5 s. Cheveux au vent, vous pourrez atteindre les 323 km/h : de quoi laisser quelques prétentieux en Porsche à la traîne …

Les photos :

La folie des reconstructions semblent frapper tous les constructeurs anglais. Jaguar y va de sa petite ré-édition régulièrement et c’est au tour d’Aston Martin d’annoncer qu’une des ses plus célèbres anciennes va bientôt reprendre vie.

25 exemplaires course de la DB4

La DB4 demeure un peu moins célèbre que la DB5 de James Bond mais c’est bien par elle que commença l’histoire moderne d’Aston Martin. Dans sa version GT, la DB4 s’était imposée comme l’une des meilleures voitures de course de son époque avec la Ferrari 250 GT. Elle a été produite à 75 unités entre 1959 et 1963 et aura le droit à 25 nouveaux exemplaires conformes à l’originale.

Aston Martin DB4 GT
Aston Martin DB4 GT

Cette version course bénéficie d’un empattement court supprimant les deux places arrière et se voyait allégée « lightweight ». La GT se recevait ainsi une carrosserie en aluminium qui permettait de gagner 90 kilos. Sous le capot, le fameux six-cylindres en ligne 3,7 litres en alu ronflait et délivrait entre 270 et 300 ch. Pour cette ré-édition, la cylindrée grimpe à 4 211 cm3. Ainsi, la DB4 GT Continuation affiche une puissance de 340 chevaux. Le moteur en alu est associé à une boîte à 4 rapports et à un différentiel autobloquant Salisbury.

Pour les heureux propriétaires qui ne pourront pas utiliser cette Aston sur la route, la marque prévoit d’élaborer une formule piste permettant de recevoir en plus des conseils prodigués par le pilote maison. Pas de prix annoncé mais sachant que les originaux peuvent s’envoler à plus de 3 millions d’euros, cette ré-édition devrait bien coûter au moins 1 million d’euros.

On peut espérer que cette folie du vintage vienne à frapper les italiens ! Ferrari ou Lamborghini ont quelques modèles prêts à faire céder les portefeuilles des collectionneurs …

Aston Martin a dévoilé la DB11 comme son nouveau fer de lance. Pourtant, la marque n’oublie pas non plus ses « vieilleries » en proposant une évolution « S » de la toujours superbe Vanquish au salon de Los Angeles.

La nouvelle Aston Martin Vanquish S remplace la Vanquish pour 2017

Aston Martin Vanquish S
Aston Martin Vanquish S

Première bonne nouvelle, le modèle conserve le V12 atmosphérique mis développé par Cosworth. D’une cylindrée de 5,9L, il voit sa puissance grimper à 600 ch. C’est 24 de mieux que la précédente et au passage, il ne rend que 8 ch au nouveau V12 5.2 litres double turbo de la DB11. Pour y arriver, les sorciers de Gaydon ont modifié l’échappement et optimisé l’admission d’air. Le couple moteur est toujours de 630 Nm. La boîte de vitesse automatique à 8 rapports Touchtronic III a été peaufiné pour plus de rapidité lors des changements de rapports. Grâce à ces modifications, le 0 à 100 km/h est réalisé en 3,5 s, c’est 3 dixièmes de gagnés par rapport à l’ancienne Vanquish. D’un point de vue châssis, la nouvelle Vanquish S reçoit de nouveaux réglages de suspension avec des amortisseurs, des ressorts et la barre antiroulis remplacés. La caisse devient ainsi encore un peu plus sportive.

Aston Martin Vanquish S
Aston Martin Vanquish S

Esthétiquement, on remarque une nouvelle lame avant et un nouveau diffuseur arrière en carbone. La quadruple sortie d’échappement est également inédite et devrait laisser s’échapper une mélodie somptueuse ! Prix : à partir de 263 000 euros

Les photos :

Les Aston Martin sont appréciées et reconnues à travers le monde plus pour leur beauté que pour leur suprématie sur leurs concurrentes au chapitre performances. Cette nouvelle Aston Martin pourrait bien changer la donne.

Une Aston Martin conçue avec Red Bull F1 Team en 2019

Cette AM RB 001 est donc le fruit d’une collaboration avancée entre les deux compagnies. Aston Martin a surtout bénéficié du travail d’un ingénieur reconnu comme l’un des plus doués de sa génération : Adrian Newey. L’homme a conquis de nombreux titres en F1 depuis les années 90. Tour à tour, il a fait gagné Williams, McLaren et enfin Red Bull. C’est lui qui a sculpté la robe de cette anglaise : fluide, élégante et agressive tout à la fois. Pour faire simple, une LaFerrari était moche, une McLaren P1 plus harmonieuse et cette Aston Martin est surprenante au premier regard puis féline … un peu comme la Jaguar XJ220 en son époque. Tout est fait de carbone et on dispose de peu d’informations à son sujet mais on sait que le ratio poids / puissance sera de 1 pour 1.

Aston Martin AM-RB 001
Aston Martin AM-RB 001

Light is right & V12

Car quand ses concurrentes pensent à l’hybride pour s’offrir des performances et des émissions de C02 politiquement correcte, Aston Martin se souvient également de la parole d’un autre génie de l’automobile anglaise : Colin Chapman. Les Lotus (encore aujourd’hui) sont des autos souvent moins puissantes que leurs concurrentes mais qui compensent ce déficit de chevaux par un poids contenu. Et oui, à quoi bon gagner des chevaux si c’est pour augmenter le poids avec de lourdes batteries et un second moteur sans parler de la complexité qu’un système hybride entraîne sur la transmission. Ici, l’idée est d’utiliser un V12 promis inédit sans turbo qui sera en position centrale arrière et qui aura une faible charge à tirer. Bref l’engin pourrait être diablement efficace car il se souvient mieux que d’autres de ses cours de physique …

Aston Martin entend aller encore un peu plus loin avec une version piste de cette voiture qui sur le papier est annoncée pour des performances et une efficacité proche des prototypes LMP1 qui disputent les 24H du Mans.

La voiture sera produite à 100 exemplaires pour la version « route » et 25 exemplaires pour la série réservée à un usage sur circuit. Le prix plus ou moins annoncé est de 900 000 euros, sans les options.

Les photos :

Aston Martin n’oublie pas la petite Vantage V8. La preuve ? La marque lui offre une version GT8 très radicale …

Si la presse vous vend à longueur de temps le V12 d’Aston Martin, c’est oublier un peu vite la petite Vantage V8. Pour avoir pu prendre le volant d’une version S en boîte mécanique, la petite anglaise est intéressante à plus d’un titre.

Aston Martin Vantage GT8
Aston Martin Vantage GT8

Compacité, V8 qui pousse juste ce qu’il faut pour un usage routier, un châssis un peu à l’ancienne et qui accepte donc encore de bouger de l’arrière : cette version V8 est enthousiasmante à plus d’un titre. Apparue en 2006 et pour fêter ses 10 ans (sans une ride), Aston Martin dévoile une nouvelle version GT8 : hommage à celles qui sonnent la charge anglaise aux 24H du Mans tous les ans.

Cette GT8 est également dans l’esprit de la GT12, à savoir une Aston Martin affûtée pour la piste un peu comme les séries GT3 & GT3 RS chez Porsche pour la 911 : une compé-client homologuée route.

Aston Martin Vantage GT8
Aston Martin Vantage GT8

L’usage routier devrait d’ailleurs se révéler spartiate et « sec » avec des suspensions bout de bois. La base est la V8 S. Assez logiquement, pour marquer sa supériorité dans cette version GT8, le huit cylindres trouve 10 ch supplémentaires pour porter le total à 446 ch. Le client aura le choix entre deux boîtes de vitesses : manuelle à 6 rapports ou robotisée Sportshift à 7 rapports. La première sera à privilégier pour le plaisir de piloter comme un vrai gentleman driver. Aston Martin a également revu le poids à la baisse en chassant 100 kg. Des gains de poids ont été faits grâce (entre autres) à l’utilisation du carbone (toit, portes, sièges à réglages manuels…). Les vitres latérales et la lunette arrière sont en polycarbonate. Avec encore un peu plus d’austérité, la perte aurait pu être plus importante en supprimant la radio et la climatisation mais Aston Martin a sans doute estimé ces éléments de confort comme indispensables.

Aston Martin a prévu de ne produire que 150 exemplaires d’un modèle qui promet d’être déjà très collector dès sa sortie. Le prix devrait être quant à lui bien supérieur à 200.000 €.

“Nous aspirons à créer les plus belles voitures du monde. La DB11 est l’incarnation absolue de l’Aston Martin idéale” Andy Palmer, PDG d’Aston Martin.

Avec cette phrase, le patron d’Aston Martin a exprimé ce sur quoi la marque s’est longtemps consacrée au dépens de la performance. Les Aston Martin sont belles mais il y a bien longtemps qu’elles ne sont plus des références dynamiques face à la concurrence. La dernière génération de Vanquish avait un peu redressé la barre, La DB11 peut chercher la confrontation. Elle est dotée d’un nouveau moteur bi-turbo V12 de 5,2 litres et bénéficie d’une nouvelle caisse en alliage d’aluminium qui gagne en légèreté et rigidité. Elle s’avère ainsi le modèle le plus puissant mais aussi probablement le plus efficace et le plus dynamique de toute l’histoire d’Aston Martin.

Sous la superbe robe, une aérodynamique innovante a aussi son mot à dire dans cette révolution esthétique, gérant avec efficacité la circulation de l’air autour et à l’intérieur de la carrosserie. Elle renforce la stabilité, tout en conservant les surfaces épurées de la DB11. L’effet de soulèvement vers l’avant est contrecarré par le dispositif « Curlicue », en forme de branchie, qui libère de l’air à haute pression provenant de l’intérieur du passage de roue, par le biais d’une aération cachée située dans la saillie latérale remaniée. L’effet de soulèvement vers l’arrière est quant à lui atténué par l’Aston Martin AeroBladeTM, un spoiler virtuel alimenté par de discrètes admissions d’air situées à la base de chaque montant C. L’air est canalisé dans la carrosserie, avant d’être ventilé sous la forme d’un jet d’air par l’ouverture dans le couvercle du coffre arrière.

À l’instar de toutes les Aston Martin, le cœur de la DB11 est logé sous son capot, mais, nouveauté par rapport à tous les modèles qui l’ont précédée, ce cœur est un moteur V12 bi-turbo de 5.2 de cylindrée.

Aston Martin DB11
Aston Martin DB11

Ce nouveau moteur maison développe 608 CH et 700 Nm de couple, ce qui fait de la DB11 le modèle DB de production le plus puissant de tous les temps. C’est aussi le moteur le plus dynamique et le plus performant sur le plan de l’accélération, avec une vitesse de pointe de 322 km/h et un temps de 0 à 100 km/h de seulement 3,9 secondes. Grâce à une technologie d’activation des cylindres et d’arrêt-démarrage intelligente, cette puissance s’accompagne d’une efficacité optimisée.

Pour tirer parti de la nouvelle carrosserie et de la puissance du nouveau moteur bi- turbo V12, le châssis de la DB11, sa suspension, sa direction et son électronique ont été réinventés et de nouvelles technologies essentielles ont été choisies. Plusieurs modes dynamiques de conduite (GT, Sport et Sport Plus) sont proposés et intensifient progressivement la réaction du moteur. Citons aussi la transmission automatique ZF à 8 rapports et la nouvelle direction assistée électrique, le système de vecteur de couple lors du freinage, et une plus grande fermeté de l’amortissement adaptatif, procurant une sensation d’agilité accrue.

Prix recommandé : autour de 205 000 euros. Les premières livraisons de la DB11 sont prévues pour le quatrième trimestre 2016.

Photos :

Aston Martin vient d’annoncer une révolution ! La gros V12 6,0L Cosworth va disparaître. Un choc pour les fans mais son remplaçant possède un beau pédigrée …

Depuis 2004, ce V12 faisait référence pour sa voix. Il ravissait les plus mélomanes et faisait même pardonner une relative lenteur ou paresse face à des v12 plus performants comme ceux de Ferrari ou Lamborghini. Avec différentes évolutions, en fin de carrière Aston Martin proposait tout de même 600 ch, de quoi voir venir. Mais cette époque est révolue. La performance est aujourd’hui bien souvent obtenue à coup de dopage. Le produit dopant est en l’espèce les turbos. Ferrari (pour son V8), McLaren ou encore AMG y sont déjà passés. C’est d’ailleurs avec l’aide de ce dernier motoriste que Aston Martin a conçu son nouveau moteur.

Le nouveau V12 cubera 5,2L sur la DB11 et est baptisé Twin Turbo.

Il devrait donc comporter un turbo par rangée de cylindres et promet d’être une belle mécanique. Cette conception n’est pas tout à fait inédite puisque AMG a déjà oeuvré de la même manière pour Pagani avec cette architecture. Sur la Huayra, la V12 double turbo cube 5 980 cm³ pour une puissance de 730 ch et un couple de 1 000 Nm. Sur l’anglaise, la version 5,2L devrait logiquement flirter entre 650 et 700 ch.

<iframe width= »853″ height= »480″ src= »https://www.youtube.com/embed/slg6L4gm1aQ?rel=0&amp;showinfo=0″ frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>

Malgré l’engagement de la marque avec le plus célèbre des agents secrets depuis un demi siècle, Aston Martin n’avait encore jamais proposé une série spéciale baptisée James Bond. Les sirènes du marketing retentissent pour Spectre avec cette DB9 GT Bond Edition.

Limitée à 150 exemplaires dans le monde, cette série rend la déjà sublime DB9 GT encore plus désirable. Le V12 de 6,0L reçoit un traitement spécial ave une couleur « Spectre Silver » et on trouve ici ou là quelques badges « 007 Bond Edition ». Les jantes de 20 pouces bénéficient également d’un design spécifique et d’une teinte « black diamond ». On trouve quelques nouvelles touches d’aluminium sur le capot, la calandre ou encore les poignées de portes. Le carbone fait son apparition sur la lame du bouclier avant et sur le diffuseur arrière. Les étriers de freins reçoivent une teinte grise spécifique.

A l’intérieur, la DB9 GT Bond Edition poursuit son hommage à l’agent 007 avec de seuils de portes numérotés rappellant l’édition spéciale en incorporant le logo 007. Les fauteuils reçoivent également une broderie spécifique et l’écran multimedia présente un affichage de démarrage spécial James Bond. Le volant est gainé en Alcantara quand la console est faite de carbone.

Aston Martin DB9 GT 007 Bond Edition
Aston Martin DB9 GT 007 Bond Edition

Pour le reste, c’est du connu.

La DB9 propose le V12 dans une configuration de 547 ch à 6750 trs/min et 620 Nm de couple à 5500 trs/min. La transmission est la Touchtronic II à 6 rapports. Le 0 à 100 demande moins de 5 secondes. La DB9 GT reçoit également des suspensions adaptatives (ADS) avec les modes Normal, Sport et Track

Prix : 165,000 £

J’entends parfois autour de moi « Aston Martin, c’est toujours la même chose » … pas faux mais en même temps à chaque nouveauté, je me dis pourquoi changer ?

Lamborghini est dans la même définition depuis la Diablo, Porsche depuis 50 ans touche finalement assez peu à sa 911 alors pourquoi la belle anglaise devrait retoucher des lignes qui vont toujours irrémédiablement envie ? Cette DB9 GT sera dévoilée pour le prochain Festival Of Speed de Goodwood, théâtre de tous les rêves et cette Aston Martin y a largement sa place. La DB9 GT reçoit quelques traitements spécifiques avec un nouveau diffuseur arrière peint en noir tout comme les étriers de freins, un design spécifique pour ses jantes de 20 pouces ou encore un bouchon de réservoir en aluminium gravé GT.

Le moteur est bien entendu le V12 de 6,0 mis au point il y a des années par Cosworth mais qui se révèle toujours aussi envoûtant. Il développe dans la GT 547 ch à 6750 trs pour 620 Nm de couple à 5500 trs.

Il reçoit une boîte de vitesse à 6 rapports Touchtronic II montée en position centrale-arrière. La DB9 GT propose un 0 à 100 km/h en seulement 4,5 secondes et un Vmax de 294 km/h.

Prix : 187 000 euros … sans les options !

Aston Martin propose une nouvelle version de sa Vantage, la GT3. Comme échappée des paddocks, elle est en réalité très inspirée de la version V8 qui dispute chaque année les 24H du Mans. Mais ici, on a bien le droit au majestueux V12 de 6,0l, il n’y a aucun règlement à respecter…

Surtout quand il s’agit de probablement dire adieu à la DB9 qui s’offre là une sortie de diva avant la retraite. Cette GT3 se devait donc d’être la version la plus puissante jamais proposée sur ce modèle.

Après la S de 573 ch, cette GT3 délivre 600 ch.

Avec 100 kg de moins sur la balance, on s’attend à ce que le 0 à 100 soit encore plus rapide que les 3,9s annoncées par la S. Carbone à profusion, batterie au lithium, titane pour la ligne d’échappement, le poids global descend à 1565 kg.

Le châssis a été revu et les appendices aérodynamiques prononcés offriront sans aucun doute un comportement encore plus sportif à la DB9 sur piste. Elle bénéficie pour l’occasion d’une monte pneumatique spécifique Michelin Pilot Super Sport. Le prix n’a pas encore été communiqué mais vu le côté exceptionnel de l’auto, elle devrait s’aracher comme des petits pains par les collectionneurs.