Honda

Honda profite du salon italien EICMA Milan version 2017 pour présenter son nouveau Roadster CB1000R qui sera disponible dès 2018.

20 ch en plus, 12 kg en moins

Honda CB1000R 2018

L’ancienne mouture de la CB1000R était déjà efficace mais Honda a revu en profondeur sa copie. Ainsi, la version 2018 a subi une sérieuse cure d’amaigrissement tout en musclant son 4 cylindres refroidi par eau. Cubant 998 cc (Fireblade 2017), il développe 145,5 ch à 10 500 tr/mn et 105 Nm de couple à 8000 tr/mn. La Honda n’a plus à rougir face à la Z1000 même si le constructeur ailé refuse de positionner sur le même marché des roadsters « tout pour le sport ». Honda mise sur le caractère et la disponibilité du moteur avec pour exemple, une transmission raccourcie de 4%. Les accélérations sont ainsi plus franches assure le constructeur sur les 3 premiers rapports jusqu’à 130 km/h. Le roadster pour la route et non pour la piste comme la Yamaha MT-10 …

Honda CB1000R 2018

La moto cool au quotidien ?

La partie cycle évolue également avec l’apparition d’étriers de freins radiaux et l’arrivée d’une fourche inversée SF-BP Showa. L’empattement est allongé de 7 mm et le pneu arrière passe en 190. Le cadre, de type mono-poutre, reste en acier avec des platines en aluminium pour faire baisser le poids (2,5 kg de gagnés). Honda a aussi changé la position du pilote avec un guidon plus large de 12 mm et relevé de 13 mm. Là aussi l’agrément de conduite prend le pas sur le « tout-performance ».

Pas vraiment un poids plume, les 12 kg de gagnés permettent à la CB1000R d’afficher un poids en ordre de marche de 212,7 kg. Honda a également précisé qu’une version CB1000R+ sera proposé avec une liste d’équipements enrichie comme le shifter d’origine et plus de pièces en aluminium.

Esthétiquement, après quelques années typées MANGA, le design revient à un peu plus de classicisme et est moins torturé. On remarquera le basique optique rond qui reçoit une signature de jours à LEDS ou par exemple le très beau réservoir. La nouvelle CB1000R est également accompagnée d’une nouvelle version 125 et 300 cm3. Toutes seront disponibles dès le printemps 2018.

Les photos :

Honda réussit-il à où de nombreux autres constructeurs échouent ? Le vintage est à la mode mais aussi et parfois avec lui, les performances aussi ! Les grands classiques ont le charme de leurs lignes mais à une époque où on peut enfin rouler libéré en France, un surcroît de puissance est le bienvenu. La nouvelle CB l’a bien compris …

Image minimaliste, voir simpliste : une moto c’est deux roues, un réservoir et un phare, la nouvelle Honda CB1100RS propose une partie-cycle bien moderne qui tient par terre et qui freine !

17YM CB1100 RS
17YM CB1100 RS

On retrouve une fourche Showa de ø 43 mm à doubles clapets optimisée et des combinés-amortisseurs à réservoir séparé. Le 4 cylindres refroidi par air respire désormais plus facilement grâce à une admission revisitée ainsi qu’à un système d’échappement de type 4 en 2 en 2 plus compact et plus léger. Un embrayage à glissement assisté facilite le passage des rapports et favorise la stabilité de la roue arrière lors des rétrogradages. La puissance maximale de 66 kW (90 cv) arrive à 7 500 tr/min alors que le couple maximal de 91 Nm est atteint dès 5 500 tr/min.

17YM CB1100 RS
17YM CB1100 RS

Pour une fois, nous serons d’accords avec le côté pompeux des communiqués de presse mais celui de cette RS n’est pas mal :

Avec un accent manifestement porté sur les performances et la sportivité, la CB1100RS est une machine parfaite pour affronter l’univers urbain avec décontraction tout en distillant de fortes doses de plaisir sitôt que l’horizon se dégage.

Pas con et pas faux !

Au rayon des défauts de cette moto, Honda aurait pu faire un effort pour rendre la brêle un peu plus légère car entre les cuisses, on frôle le poids d’une Harley avec 252 kg. Là aussi le poids est vintage ? Au final, Honda propose une jolie moto, sympa pour la semaine et le week-end. Pour les plus sportifs, une cure d’amaigrissement ferait quand le plus grand bien à ce roadster.

Les photos :